Vous voilà dans la partie à propos, le centre de tout ce déclenchement, les raisons et comportements qui ont été les graines de tous ces changements et recherches, d’avoir souvent payé cher la fausse compagnie. Les écrits ci-dessous peuvent choquer et être interprété de diverses façons, si vous n’avez pas assez de recul (ouverture d’esprit ? tolérance ?) ne vous aventurez pas plus loin.

Comme vous l’avez déjà constaté notre site internet est créé pour vous offrir nos différents projets, voyages, et pourquoi pas un lieu d’échanges loin des réseaux sociaux commerciaux qui capturent, stockent et enregistrent vos données. Nous avons débuté comme beaucoup sur les réseaux sociaux tels que Facebook, YouTube et d’autres, mais après avoir lu attentivement et put constater que nos données ne nous appartiennent plus une fois publier sur de telles plateformes, nous avons souhaité garder le contrôle de nos contenus. plus d’informations ci-dessous dans l’arrêt des réseaux sociaux.

Début du changement…

Comme beaucoup durant un grand nombre d’années, j’ai mené une vie dite “normale” : travail maison voiture, payer acheter, consommer… Durant toutes ces années je pensais être simplement bien mais je n’ai jamais pu me dire être pleinement comblé, heureux ainsi qu’à ma place, il me fallait sans cesse penser à la moindre dépense, les gens t’apprécient pour ce que tu peux leur apporter, non pas pour ce que tu es simplement. Au plus je côtoyais ce type de vie Européenne et capitaliste, au plus j’étais mal (en mal être) et en décalage. Aucune relation ne m’apportait pleinement satisfaction, un manque comme une sensation d’être enchainé, obligé de faire certaines choses pour être “comme tout le monde”, se dire libre dans une telle situation était pour moi simplement illogique.

C’est en 2014 en pleine relation après avoir fait quelque coupure nette avec le monde capitalisme que mes idées ont commencé à grandir (germer ?), et si le vrai bonheur était comment on vit et non pas ce que l’on possède ?. Après une rupture en 2015 c’est le point de remise en question, et le début d’un isolement souhaite, me retirant dans un chalet à l’entrée d’une forêt dans un domaine privé, ayant laissé tomber toute sorte de travail obligatoire, je peux réfléchir et me centrer sur d’autres choses. Malheureusement l’argent fait toujours l’unanimité et le peu que j’ai me permet à peine de survivre.

Le secret du changement consiste à concentrer son énergie pour créer du nouveau et non pas pour se battre contre l’ancien.

Pas de retour”

Durant ces moments-là je me nourris de lecture d’information sur les vies alternatives, seulement je ne trouve que très peu d’informations, malgré tout je me tiens informé et suite à une rupture difficile, c’est par envie de me sentir vivant et de me retrouver sans rien que je décide de tout arrêter remettant la location du chalet, vendant mes quelques affaires et n’ayant pas de travail je décide de me lancer dans une aventure qui changea (définitivement ?) ma façon de voir les choses.

Septembre 2016 je n’ai donc plus rien, les seules choses matérielles que je garde sont ma moto, quelques modifications (du véhicule?) le prêt de matériel, tente, GPS, etc… à des amis. C’est après avoir tout mis en ordre mécaniquement et matériellement que je fixe la date de départ, un frais matin de septembre, premier jour où je quitte tout pour une durée indéterminée, ce Road-Trip m’a apporté (qui m’amènera à vivre?) deux mois à l’extérieur sans domicile, sans toit, juste avec une tente, un matelas gonflable sur la route, voir l’article Road-Trip Moto Solo 2016. C’est durant cette période que je vais à la rencontre d’un autre mode de vie, portant mes affaires, savoir où placer mon campement pour la nuit décidant chaque matin si je restais sur place ou si je partais voir d’autres endroits, …Les rencontres des personnes durant ces moments-là, ont toutes été agréables, tous étaient étonnés et surpris que je fasse cette expérience avec si peu de moyens et surtout seul.

Les discussions sont faciles ainsi que les échanges d’idées, l’aide des personnes pour un endroit ou un autre, pour passer la nuit au calme et en sécurité, fut une expérience des plus humaines dans un monde que je pensais sans humanité., Après cette expérience deux autres (cas ?) similaires se sont ajoutés offrant curiosité des passants et discussions entre inconnus, j’ai découvert à ce moment-là qu’en faisant les choses autrement, on devenait intéressant et surtout pour ma part j’étais en totale sérénité et en accord avec moi-même.

Les raisons du changement

Nouvelle erreur de tentative d’intégration :

Vous comprendrez qu’en ayant vécu ces quelques expériences, on remet en question notre façon de vivre surtout quand on ne se trouve pas réellement à sa place. Malgré tout rapidement rattrapé par la vie “classique”, je me retrouve une nouvelle fois dans un tourbillon de vie capitaliste, mon métier et ma passion reprennent le dessus, des horaires chargés et voir plus de moment pour profiter des choses simples. Je vous invite a regarder la vidéo après tout c’est ça le bonheur.

 
Les gens par intérêt :

Cette nouvelle tentative d’intégration m’a alors dirigé dans un souhait d’aide aux personnes et j’ai cru en l’humain “en tout cas en certain(e)s”… Cette dernière tentative a été, ce qui été logique (prévisible ?) se croire unique alors qu’il n’en était rien, vouloir aider et être là pour les autres mais personne ne serait (n’est ?) là le jour où… Ou en tout cas pas les personnes qui avaient demandé le plus par intérêt, passion les détails des choses… Avec peu d’importance, cette époque qui dura près de trois années m’a à nouveau montré que je n’avais pas ma place après avoir été utilisé, vidé (pas ta place ou que cela ne t’apportait que perte de temps et d’énergie ?) … Arriva ce qui devait arriver, un ras le bol, une phrase, quelques mots d’un membre de ma famille m’ont fait ouvrir les yeux sur ce dont j’étais alors devenu, une ombre. J’ai alors décidé de tout arrêter, en quelques mois, j’ai vendu tous mes biens professionnels et personnels, mais tout cela apportera un grand nombre de problèmes supplémentaires vers lesquels il fallait faire face. 

 
L’idée du projet Majirus :

C’est au moment d’arrêt de toute relation, vie professionnelle, séparation à nouveau des biens matériels que l’idée du projet Majirus se met en place et vois le jour au milieu des questionnements et des jugements. Prit au début pour un “fou”, un marginal ou juste une personne qui pète un câble et qui finira par revenir à la normale, … Ce n’est qu’avec le temps et plusieurs mois, ainsi que l’achat du camion, que les personnes proches commencent à comprendre et écoutent le projet et qu’elles se rendent compte qu’il est plus réaliste et terre à terre qu’un simple projet de rêve comme beaucoup le pense.

À partir de ce moment, j’ai eu beaucoup de conversation sur le projet et ses raisons, mais aussi la manière dont j’allais le réaliser, un grand nombre de personnes me poussent à le faire et à le mener à bien disant que ça serait leur rêve s’ils pouvaient le faire. J’ai alors décider de réaliser mon rêve et peut-être celui d’autres… 

Autre façon de penser​

Professionnellement :

Comme on s’en doute, l’épanouissement professionnel fait énormément, surtout quand nous passons plus de temps sur notre lieu de travail qu’avec notre famille proche, les dernières années ne m’ont apporté qu’obligation stress et insatisfaction.

C’est à ce moment là où j’ai commencé à me dire qu’il était temps de voir autrement.
Forcément les réflexions passées les roads-trips et les autres changements que j’avais effectués entraient en première ligne, à ce moment (?là) je pensais tout arrêter mais pour faire quoi ? Alors que j’avais un travail extrêmement polyvalent, je pensais à travailler autrement, un travail avec des heures plus tranquilles, moins de responsabilité, c’est après un coup plus dur que d’autres (ou juste : c’est après un coup dur que… ?) que je décide en deux jours de stopper et de me retrouver sans rien. Offrant la possibilité de tout faire à nouveau.

Le système :

Attention c’est ici que vous allez porter un jugement sur moi-même et mes idées qui peuvent paraître marginales ou extrémistes, mais ce ne sont que des paroles d’une personne fatiguée d’être exploitée, utilisée pour servir les poches des plus riches.

J’ai pu lire un article de presse Belge qui choisit comme titre les entrepreneurs en Belgique : “Celui qui échoue perd tout, celui qui réussit ne garde que la moitié” j’ai trouvé ce titre tellement juste, nous sommes dans une société dans laquelle nous vivons avec moins de 70% de notre véritable salaire brut ! Et là-dessus 

nous sommes encore taxés sur l’habitation, l’utilisation (l’usage ?) de technologie et bien d’autres. J’ai été pressé comme un citron tellement d’années que je n’ai même pas pu 

me dire qu’il fallait que je recule (qu’il fallait du recul ?) pour réfléchir et pouvoir analyser, j’ai eu la chance de pouvoir le faire, et quel étonnement de voir notre réel système ou l’argent prime sur la vie, dirige le monde décide de qui peut vivre ou mourir, ce système n’avait alors pour moi plus rien à m’apporter de positif.

L’€urope :

J’ai ensuite juste regardé et analysé ce qui se passait chez nous mais aussi chez les autres, quand je parle des autres, je parle des autres pays, proche ou lointain, j’ai pu remarquer une nouvelle fois que l’Europe avait une tendance à l’égoïsme (égocentrisme?)et l’individualisme, cette épreuve du CODIV-19 a permis de voir énormément de choses en peu de temps, l’Italie (pays de la communauté Européenne) dépassée par la crise Corona ne se voit pas aider par ses confrères d’Europe mais par la Pologne et la Russie ! Deux pays hors d’UE. Cela en dit long pour ma part.

J’ai ensuite regardé les pays souvent critiqués car cités comme sous-développé, principalement le continent Africain, et la stupeur, les gens s’entraident, leur système met à disposition du matériel et autre pour aider la population, durant ce temps-là, nos pays (Belgique-France) se voient en manque de masques, faire (effectuant?) des commandes qui n’arrivent pas et ensuite se battent pour savoir s’ils sont (si ces derniers sont?) aux normes… Résultat, des semaines et des semaines avant d’offrir à la population le minimum de matériel préventif, nous ne parlerons pas des services (publics) “Pompiers, Infirmiers, …) qui se voient travailler dans des conditions douteuses (indécentes?).

Voilà pourquoi l’envie d’aller voir loin et ailleurs, (pour ?) retrouver un peu d’humanisme dans un endroit, (loin de ces pays… ?) où cela a été oublier depuis que l’argent gouverne. L’envie de découvrir d’aller à la rencontre de mentalité différente de partage et d’échange. L’expérience apportera réponse de mes souhaits et idées.

Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade.​

Jiddu Krishnamurti”
Personnel :

Il est heureusement intéressant de se dire que toute personne peut décider de changer et d’évoluer, nous avons une chance et les technologies souvent mal utilisées peuvent être un outil important de connaissance et recherche, pour ma part cela a fait une énorme différence rechercher ces idées des questions m’a rendu végétarien en 2014, ensuite m’a permis de ne plus simplement lire des titres dans les médias mais d’aller chercher plus loin, découvrir certaines supercheries et manipulations, j’ai pu alors me faire mes propres idées et c’est là que tout commence quand vous commencez par penser et réfléchir par vous-même vous faites déjà un pas sur le côté et vous devenez différent d’un calque (quelconque?) type d’une société qui (nous?)gouverne. Il faut gérer et ne pas se laisser démonter par les commentaires ou jugements simplement là aussi se faire une idée et agir, je pense honnêtement que j’ai été pas mal d’année intégré à ce système, voulant apporter comme beaucoup famille, bien, et reconnaissance, les rencontres et choix de ma vie m’ont apporté (amène ?) face à des réalités qui en sont toutes autres premièrement je ne suis pas épanoui et fais pour un système dictature masqué sous une pseudo démocratie. 

Alors il était temps de changer de tout stopper et de me donner la possibilité de vivre en accord avec mes idées et envies, la dissociation matérielle de valeur (la séparation des biens de valeur?) a été l’une des premières choses, ensuite limité les dépenses inutiles et me contenter de peu du primordial et surtout de l’utile, un nomade vivant en Van life à dis qu’avant d’acheter quelque chose il réfléchissait à combien de fois il utilisera l’objet, et s’il trouvait que c’était trop peu il ne trouvait pas intéressant de s’encombrer de celui-ci.

Une nouvelle vie…​

On peut alors se demander ce que j’espère trouver et obtenir avec mes idées, je ne souhaite que calme et commencer à vivre pour moi, apporter mon aide et mon soutien à des personnes qui en valent la peine, ne plus avoir d’obligation certain me diront que je suis extrémiste ou marginal, je préfère les laisser penser ce qu’il souhaite. Je suis juste convaincu d’une chose quand on ne peut pas se battre face à une société qui exploite les faibles et le vivant au nom de l’argent, nous nous devons de quitter cette société pour la rendre obsolète. 

Cabane en milieu naturel “Vit Tel Ta Nature”

Après un dernier Road-trip moto en été 2019 avec une Honda Deauville 700 cc de 2009, une autre façon de découvrir certains endroits et accompagné cette fois, il faut avouer qu’à moto seul c’est déjà physique mais alors à deux avec le matériel c’est relativement épuisant mais tellement enrichissant, rien que pour déjà sentir la confiance que l’autre personne t’accorde sur un tel road-trip. 

Ce dernier voyage ma fait découvrir les choses simples le bien être, les siestes sur un coin d’herbe prendre son temps, apprécier les choses simples. C’est suite à mon retour de ce voyage que j’ai pris conscience que je faisais fausse route avec ma vie actuelle et qu’il était encore temps de changer pour vivre toutes aventures tant rêver. 

L’arrêt des réseaux sociaux​

Un sujet qui va en secouer plus d’un(e), forcément entre tous qui a réellement pris le temps de lire les conditions d’utilisation des leaders en réseaux sociaux, Facebook, Instagram, et pour la messagerie citons aussi WhatsApp “qui est dans les mains de Facebook depuis février 2014 pour un montant d’environ 19 milliards de dollars dont 15 milliards en actions Facebook

Peu d’entre vous ont pris le temps de lire et analyser un service “gratuit” et si facile d’accès.

En quelques lignes :

Facebook s’octroie le droit de posséder toutes vos données, vos conversations messages vocaux, ils ne sont jamais effacés de leurs serveurs “et ceci même quand vous prenez le temps de faire supprimer” car Facebook n’efface rien mais archive, vos photos ne vous appartiennent plus en les publiant sur leur réseau vous acceptez qu’il les exploite comme bon leur semble le plus souvent à des fins publicitaires ou commerciale, beaucoup me disent “et alors je m’en fou” oui pourquoi pas vous pouvez mais vos vacances à la plage ou votre enfant en maillot jouant dans le sable aimeriez-vous que cela finisse sur un site de promo pour les (?) (les quoi ?) Cette période aura été un réel enseignement. Tout le démontre, la société a tenu bon ces derniers mois grâce aux soignants, aux éducateurs, aux artistes, aux enseignants, aux éboueurs, aux logisticiens, aux travailleurs sociaux. Grâce à ces corps de métiers en grande majorité féminins, peu payés et très exposés. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu un trader, un publicitaire ou un expert de tel bidule stratégique s’illustrer alors qu’il gagne potentiellement 10 fois ce que gagnent nos bons diables qui savent à quoi ressemble la vraie vie. Cela me dégoute, simplement. Je poursuis mon chemin pour inventer mon propre monde – culturel, écologiste, local, humaniste, artistique – accompagné de celles et ceux en qui je crois et où ce genre de situation n’existerait pas une seconde. Le cas échéant, je ne resterai pas inactif dans cet autre monde, si misérable soit-il.m (Même ?)sans votre accord et je ne parle pas de rémunération et bien Facebook se donne le droit et vous avez noté votre accord dans les conditions d’utilisation.

Vos conversations aussi basique ou aussi privé sont-elles (enregistrés ?), Facebook les communiquera en intégralité vos échanges aux autorités aux moindre problème et tout cela sans votre consentement “enfin si vous l’avez accepté dans les conditions d’utilisations” et voilà une partie de votre vie “privé” dévoilée sous seul prétexte que vous utilisez leur système.

Consulter l’article Facebook Censure

WhatsApp

Une application à l’époque bien partie, créée en 2009 par Jan Koum et Brian Acton (en), deux anciens de la société américaine Yahoo! Chiffrant les échanges de bout en bout, l’application fut malheureusement vite critiquée pour ses fuites de sécurité et de données, nous avons pu constater que des conversations privées avait été renseigner par les robot Google avec toutes les informations des utilisateurs, évidemment comme pour beaucoup de système vous vous connectez à leur service. On a également trouvé une faille sécuritaire sur des anciens numéros de téléphone mis aux mains de nouveau clients qui récupérait toutes les archives des conversations. Je vous laisse imaginer depuis que ce petit programme, fort pratique pour certains, ce qu’il devient dans les mains du leader mondial des données personnelles Facebook. Je vous invite à lire les informations ici

nomades-forever.com  

Comme beaucoup j’utilisais les réseaux sociaux les plus connus, vous l’avez compris une fois que j’ai commencé à m’intéresser à leur condition et par vécu personnel, nous nous sommes vite rendu à l’évidence que plus rien ne nous appartient une fois utilisé par cette plateforme.

Nous avons décidé de créer Nomade-forever.com pour avoir libre choix de publier nos contenus de ne plus donner nos données et images a des plateformes, fatigué de la censure des réseaux sociaux pour une simple opinion ou réflexion.

Nous avons alors décider d’offrir aux utilisateurs de Nomade-forever.com une plateforme basée sur les voyages, nomade, liberté, de pouvoir s’exprimer donner leur avis sans censure mais aussi de gérer eux-mêmes leurs données et informations. Notre site Nomade-forever.com permet une gestion des données et sur simple demande la suppression de vos données de nos serveurs. 

Ne voulant plus communiquer et être tracé à tout moment nous utilisons notre plateforme privée pour toute sorte de communication.
Vous pouvez-en faire autant.

Pourquoi parler en “nous”​

J’ai décidé de parler en “nous” pour plusieurs raison, tout d’abord je pense qu’un voyage n’appartient pas à une seule personne, certes je serais certainement la personne qui créera le contenu principal malgré tout c’est grâce à toutes les personnes qui me soutiennent m’aident et que je croise durant mes voyages qui rendent ce partage possible et intéressant. 

Le souhait également d’offrir une communauté libre d’échange.

De quoi vivre​

La question qui me revient le plus souvent dans le top trois, tu pars sans rien et loin mais tu vas vivre de quoi ? un camion ça roule pas à l’air, … 

Limiter :

Alors pour ce qui est de vivre on pourra voir que j’aurais limité mes dépenses a son stricte nécessaire, plus de véhicules qui dorme sur la voie publique, ou d’autre qui attende dans un garage ou les taxes sont perçues, plus d’abonnement téléphone ou  autre dépense futile, c’est-à-dire que les dépenses seront l’assurance du camion et son carburant “variable en fonction des lieux et kilomètres à parcourir” à partir de ce moment-là j’ai alors réduit non pas ma qualité de vie mais le besoin financier pour mon style de vie. 

Rentré financière :

Le projet Majirus n’est pas juste un camion et partir à la belle vie de voyage en ayant un compte bancaire suffisant et/ou des rentrées régulières d’argent utilisant un système capitalisme européen, sinon je ne serais ni plus ni moins un “affabulateur”. Une partie du projet consiste à entrer en contact et trouver des accords avec des ONG sur le continent Africain, afin d’apporter aide et services contre défraiement, logement ou nourriture.

Quelques  idées :

Maroc un pays en plein développement de leur propre énergie verte, marché en pleine expansion pour les installations des panneaux solaires, actuellement ils achètent leur électricité a des pays voisins.

Afrique, Niger, Kenya, les pays plus africain m’intéresse pour la défense animale plus particulièrement les girafes et la lutte contre leur braconnages, l’idée est d’intégrer et d’aider une ONG défenseur des animaux.

Les autres il est possible également d’apporter éducation ou aide médicale dans les autres pays que nous traverserons.

Travail à distance ’ai une chance de développer et de pouvoir effectuer différant travaux à distance et cela partout dans le monde, la création et gestion de site, le montage et création de contenu vidéo et média comme les publicités, et autres. 

Tout cela apportera une rentrée financière qui permettra de vivre en continuant l’aventure et en découvrant notre planète.

Parce qu’après tout ont ne peu pas plaire à tout le monde, ça serait plaire à n’importe qui.​

pensée du moment”
2 Commentaires
  1. […] Oui certain me traiterons d’hippie d’autre n’oserons rien dire, mais une chose est sûre d’expérience je serais faire rêver ceux qui reste dans leur salons enfuis de travail et d’obligation à leur capitalisation avec les  paysages et rencontre humaine non taxée.Vous pouvez en savoir plus sur mes idées et raisons en consultant l’article à propos. […]

  2. […] Consulter aussi notre article à propos. […]

Laisser une réponse

©2020 Nomades Forever Adventure tous droits reservés

CONTACTER-NOUS

Nous ne sommes pas dans le coin en ce moment. Mais vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi

New Report

Close

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

*

code